Rechercher
  • Rose Naggar-Tremblay

Auditions

Mis à jour : avr. 11

La saison des auditions est déjà commencée. Elle arrive toujours trop vite. Dans le monde de l’opéra, tout se joue durant l’automne. Les étudiants postulent pour des programmes d’été dans le but de rajouter des rôles à leur CV, les finissants se cherchent un stage de perfectionnement pour l’année suivante et les jeunes artistes tentent de se dénicher des contrats auprès des festivals d’été. Les chanteurs présentent généralement leurs 5 meilleurs airs à un panel qui entendra des douzaines d’autres concurrents au courant de la journée. Pour certains, c’est un geste tout à fait naturel, pour d’autres c’est absolument terrorisant. Pour moi, ça varie, mais généralement, moins je pense avoir des chances, mieux je chante. Il y a quelque chose de très puissant dans le lâcher-prise. Accepter de présenter ce que je fais, aujourd’hui en sachant que ce n’est ni l’entièreté de ce que je suis ni l’état définitif de mes capacités artistiques. Les choses se compliquent quand je pense avoir des chances, parce que mes attentes se mêlent à l’équation, et ma concentration n’est plus sur le moment présent, mais sur ce que j’espère pour l’avenir. Pour mes collègues qui auditionnent également cette saison, voici quelques autres facteurs qui m’ont apporté du succès jusqu’à présent : -Choisir 4 pièces qui se situent juste en dessous de mes capacités réelles. 4 pièces que je peux chanter malade, fatigué, très tôt ou très tard, et qui m’apporteront toujours du plaisir. Selon mon expérience, mieux vaut montrer ce qui est solide aujourd’hui, plutôt que ce qui sera impressionnant demain. -Choisir 1 pièce dans laquelle je prends un risque. Soit parce que le niveau de difficulté est plus élevé, ou encore, apprendre un air de l’opéra pour lequel j’auditionne. La nouveauté m’aide à renouveler ma motivation durant la préparation aux auditions. -Montrer ma personnalité. Toutes les fois où j’ai pris un risque avec ma garde-robe, ou laissé mon sens de l’humour transparaitre en m’adressant au jury, j’ai reçu des commentaires positifs. Il m’arrive d’aller trop loin, et de détonner par rapport au contexte. Peu m’importe, parce que dans notre domaine ce qui est pire que de déranger, c’est de passer inaperçu. Mes pensées vont tout particulièrement à ceux qui auditionneront pour l’Atelier lyrique à travers le Canada au courant des prochains jours. Je vous souhaite beaucoup de succès, et de plaisir!


0 vue